That old black magic has me in its spell

Georges Gerschwin, I got rythm, 1930Paul Colin, Le tumulte noir, c.1928Paul Colin, Le tumulte noir, c.1928Hot club de France, 1941Billie Holiday par Carl Van Vechten, 1949Bessie Smith (The Empress of Blues) par carl Van Vechten, 1936"Young Ella", par Carl Van Vechten, 19 janvier 1940Stormy weather, 1933

Le “Majestic” glissa sur les eaux du port de New York par un beau matin d’avril (…)
Rags Martin-Jones, après cinq ans dans les capitales européennes, revenait sur sa terre natale !
Rags Martin-Jones n’était pas un chien. Elle était mi-fille, mi-fleur, et tout en serrant la main du capitaine Sir Howard George Witchcraft, elle sourit comme si l’on venait de lui glisser à l’oreille la plaisanterie la plus charmante et la plus neuve. Tous ceux qui n’avaient pas encore quitté le débarcadère sentirent ce sourire frémir dans l’air d’avril et se retournèrent pour la voir.
Elle descendit lentement la passerelle. Elle tenait son chapeau, oeuvre expérimentale coûteuse et hermétique, écrasé sous son bras, de sorte que ses cheveux ras de petit garçon, ou plutôt de bagnard, tentaient vainement de se soulever et de voleter un peu dans le vent du port. Son visage évoquait l’aube d’un jour de noces, sauf à l’endroit où elle plaquait un monocle saugrenu sur son oeil d’un bleu limpide et enfantin. Tous les trois pas, ses longs cils repoussaient le monocle, et elle riait, d’un rire blasé, heureux, avant de remettre à l’autre oeil ce lorgnon insolent.
Tap ! Ses cinquante kilos touchèrent le débarcadère qui sembla s’infléchir et palpiter sous le choc d’une telle beauté. Quelques porteurs s’évanouirent. Un grand requin sentimental, qui avait suivi la traversée, se souleva d’un bond désespéré pour la voir une dernière fois, puis il replongea, le coeur brisé, dans la mer profonde.
Rags Martin-Jones rentrait chez elle.”

F. Scott Fitzgerald – Les Enfants du jazz – Nouvelle : “Rags Martin-Jones et le Prince de Galles”.

Le siècle du jazz, du 17 mars au 28 juin, Musée du Quai Branly.

2 réponses à “That old black magic has me in its spell

  1. Signé Roger

    Mademoiselle, cette musique a un effet démagnétisant je trouve.

  2. julietteteste

    Cher Roger,

    Merci pour votre commentaire éclairant quoiqu’un peu plastique.
    Bien à vous.
    J.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s