les amies de ma mère

Je me souviens de ce minuscule pot de rouge, rose nacré, doux, mais vif, et de son tout petit pinceau. Je l’avais ouvert et touché du doigt, comme si c’était un fétiche d’un pays inconnu, dans cette grande et haute salle de bain carrelée de noir, avec des plantes vertes, comme une jungle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s